Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sofia Accueil

La face cachée de Cherni vrah,

Balade dans les nuages.

 

Mardi 27 juin, 9h30. Le rendez-vous matinal avait abouti au Pont d'Or. Ensuite, on a continué tout là-haut, vers la petite piste de ski d'hiver, et encore, encore. Les voitures garées, les choses sérieuses ont vraiment commencé. Lucile, en forme, nous a guidés pour rejoindre le Cherni Vrah par derrière.  

Un récit par votre carnetière pas du tout sportive ni grande marcheuse...

nuageAu fil de notre progression, les paysages variaient de belle manière : après la traversée d'une forêt des contes de notre enfance, nous avons rejoint une vaste plaine qui laissait roder sur son dos de drôles de nuages menançants. Ils s'en roulaient tout gris vers le grand conciliabule d'orage pour décider si oui, ou non, ils allaient se donner en spectacle ce soir, et ce dans quel ordre de présentation ! Evidemment !

 

Plus loin, tandis que l'on remontait un sentier qui s'inscrivait en droite ligne des remontées mécaniques, le sol devint humide, les plantes cotonneuses annonçaient les tourbières.

vitosha.jpg

Soudain, quelques éclaircies donnèrent à l'endroit sa dimension onirique, évoquant tour à tour la verte Irlande ou la tellurique Islande. Pour cette dernière randonnée de la saison 2010-2011, la beauté minérale, la beauté brute avait choisi de s'imposer à nous.

28-juin-2011-3555.jpg

 

Qui se cache derrière son foulard ? Il faut dire que le vent sifflait, alors il était conseillé de se protéger les oreilles. Nombreuses furent celles qui ont regretté ne pas avoir pris de gants dans leur matériel de survie. Les doigts étaient tout engourdis par le froid, Un 27 juin ! Absolument !

 

Le rythme était soutenu pour la dernière randonnée avant les grandes vacances. Il y avait aussi du plaisir. On voit alors combien il est bon de venir toutes les semaines, pour pouvoir en fin de saison suivre la compagnie d'inconditionnelles, à coups de piquets de bâton.

 

Le seul parcours difficile fut de remonter le long du télésiège ancestral, qui a des tire-fesses en forme de pioche rouillée : ça grimpait, grimpait...Souffle court pour votre photographe émérite, qui pensait trop souvent au film "des Randonneurs" ! Ce qui était bien tout de même, c'est que les sportives m'attendaient, et quand j'arrivais, hop, ça repartait ! C'est vrai qu'avec le mauvais temps qui se préparait, on ne pouvait pas vraiment trainer.

Photos Blog SA-5

Le cabanon au loin, n'était autre que le refuge d'accueil... très couleur locale, mais peu importe : l'essentiel était de trouver un abri contre le vent pour pique-niquer ses provisions. Pensée émue vers quelques rondelles de saucisson français ramené de Bretagne !

arbre

Pour moi qui n'ai pas l'habitude de marcher, les pauses pipi m'ont permis de prendre le temps pour admirer le paysage et attraper quelques images. Voyez cet arbre qui pousse entre deux rochers : évocation immédiate du Finistère, de sa côte déchiquetée et du vent qui s'engouffre dans les rochers de granit.

descente.jpg

La descente fut plus rapide : tous les nuages semblaient vraiment être partis plus haut, alors la vue sur Sofia s'est dégagée un peu. Ensuite, la traversée de la forêt resta un enchantement : le soleil revenait, la rivière chantait, Bénédicte saluait à haute voix la Nature avec ce sourire dans les mots comme elle en a le secret. Pour se remettre de nos émotions, nous avons commandé une petite colation dans l'hôtel du bas, installés en terrasse, dans nos coupe-vents pour nous réchauffer les mains. Le coeur était à la fête : d'accord, nous ne sommes pas montés jusqu'au sommet, météo aléatoire oblige, mais n'empêche, quelle belle sortie vivifiante ! Merci Lucile ! Et, même si j'ai eu des courbatures le lendemain et des cloques pendant une semaine, j'en garde de belles images. C'est décidé, je vais m'y mettre à la rentrée !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :